Impact du changement climatique sur la dynamique des zones humides : cas du Nakanbé-Mané au Burkina Faso

Contexte

Les zones humides sont des milieux diversifiés et riches, aux fonctions et valeurs multiples aujourd’hui largement reconnues. Elles sont indispensables au maintien du bon état de la ressource en eau, de la biodiversité et participe au développement socio-économique. De plus, les zones humides jouent un rôle crucial dans la lutte contre les effets du changement climatique. Cependant, on constate une dégradation continue de ces écosystèmes et des services écosystémiques qu’elles fournissent.

Cette dégradation continue est la résultante conjuguée de facteurs climatiques et anthropiques. Le burkina faso, et en particumier la zone humide du Nakanbé-Mane, fait figure de région la plus touchée par la dégradation des écosystèmes. Caractérisée par une baisse continue des surfaces en eau, elle est menacée de disparition selon les riverains. Cette dégradation affecte particulièrement la résilience des populations riveraines. Afin de promouvoir la gestion durable de la zone humide du Nakanbé-Mané et de ses fonctionnalités, l’élaboration d’un plan de gestion local, intégré approprié et participatif du site est en cours.

L’objectif global du projet etait de soutenir le plaidoyer auprès des décideurs afin de favoriser l’intégration de la dimension changement climatique dans l’élaboration du plan de gestion intégrée de la zone humide. De façon spécifique, il s’est agit d’analyser l’impact du changement climatique sur la dynamique des ressources en eaux de surface de la zone humide du Nakanbé-Mané.

Description

La méthodologie s’est articulée autour de trois grandes étapes : 

  • L’analyse de la dynamique des surfaces en eau de la zone humide du Nakanbé-Mané avec l’utilisation de la plateforme Google Earth Engine.
  • La détermination des facteurs climatiques explicatifs. Les données de précipitations, températures et évapotranspirations potentielles de la station synoptique de Ouagadougou sur 1991-2020 ont été collectées et analysées.
  • Des visites de terrains, afin de s’entretenir avec les premiers exploitants.
  • Les résultats d’analyse traduisent une tendance évidente à la baisse pour les surfaces en eau saisonnière et permanente de la zone humide du bassin de Nakanbé-Mané. 
Bild 1
Figure: dynamique des surfaces en eau

Les causes probables de ces changements sont (i) la longue période de 1991 à 2009, soit 20 ans de sécheresses intenses et persistantes (ii) l’augmentation concomitante des températures moyennes annuelles de 1,5°C et de l’évapotranspiration potentiel de 16%, (iii) l’augmentation de l’occurrence des événements extrêmes tels que les pluies très intenses sur la période de 1991 à 2020. 

Impact

Un atelier de restitution des résultats de l’étude a été organisé à l’intention des décideurs (services techniques du ministère de l’environnement, le comité local de gestion de la zone humide, …) et des exploitants (les maraichers, les pécheurs, les éleveurs, les femmes, les orpailleurs).

Enseignements tirés 

Avoir l’approbation et l’accompagnent technique et financier de ses supérieurs hiérarchiques est essentiel. Il est aussi crucial de disposer des données nécessaires à l’étude et d’avoir une méthodologie de travail participative et inclusive, car les questions de changement climatique doivent être abordées de manière holistique.